Club d’Escalade Dracénois

NATURA 2000 : KEZAKO ???

samedi 7 février 2009, par fred

Bien, depuis quelques temps, on ne cesse d’entendre parler du réseau Natura 2000 et des directives Européennes. Que ce soit dans les médias, la presse écrite ou tout simplement dans les salles de grimpe. Et comme toujours, on entend un peu de tout et beaucoup de conn…

Bref, cet article un peu rébarbatif a pour objet d’expliquer à tous l’intérêt du Réseau Natura 2000 pour l’environnement naturel et paysager de notre Continent et par conséquent, de nos sites de grimpe.

Il sera suivi d’autres articles permettant d’aborder la concertation, la définition des objectifs, etc.

Les objectifs du Réseau Natura 2000 [1]

Avec la constitution du réseau Natura 2000, l’Europe s’est lancée dans la réalisation d’un ambitieux réseau de sites écologiques dont les deux objectifs sont : Préserver la diversité biologique et Valoriser le patrimoine naturel de nos territoires.

Les deux textes de l’Union qui établissent la base réglementaire du grand réseau écologique européen sont les directives « Oiseaux » (1979) et « Habitats faune flore » (1992). Les sites désignés au titre de ces deux directives forment le réseau Natura 2000.

La directive « Oiseaux » propose la conservation à long terme des espèces d’oiseaux sauvages de l’Union européenne en ciblant 181 espèces et sous-espèces menacées qui nécessitent une attention particulière.

La directive « Habitats faune flore » établit un cadre pour les actions communautaires de conservation d’espèces de faune et de flore sauvages ainsi que de leur habitat.

La constitution du réseau : Suivez bien

Les projets de sites sont établis par les Préfets et soumis pour avis aux communes et aux établissements publics de coopération intercommunale. Après recueil des avis motivés (les acteurs locaux ont deux mois pour les émettre), le Préfet établit une synthèse de proposition du site qu’il transmet au ministre en charge de l’Ecologie.

Le Muséum national d’histoire naturelle procède à l’expertise scientifique des dossiers. Les propositions retenues par le ministère de l’Ecologie font alors l’objet d’une validation par les autres ministères concernés (agriculture, équipement, mer, défense...).

La procédure finale de désignation diffère selon les directives.

Concernant la Directive Oiseaux, il a tout d’abord été constituées des Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux (ZICO). Elles correspondaient à un inventaire scientifique identifiant les zones connues comme les plus importantes pour la conservation des oiseaux en France.

C’est, pour partie, sur la base de cet inventaire qu’ont été désignées les Zones de Protection Spéciale (ZPS). Ce sont ces Zones de Protection Spéciale qui constituent la partie du réseau Natura 2000 désignée par arrêté ministériel en application de la directive " Oiseaux ". Comparées aux ZICO, les ZPS sont plus restreintes. Par ailleurs, toutes les ZICO ne sont pas devenues des ZPS.

A la différence de la directive « oiseaux », la directive « habitats, faune, flore » a défini un processus communautaire en plusieurs étapes pour la désignation des Zones Spéciales de Conservation (ZSC). Il faut savoir que les sites concernés par la Directive Habitats sont bien plus nombreux et étendus que ceux de la Directive Oiseaux (12% du territoire Européen serait concerné) ce qui explique que la phase de création soit plus longue.

Ainsi, dans un premier temps, les Etats membres ont établi des Propositions de sites d’importance communautaire (pSIC). Les Sites d’Importance Communautaire (SIC) sont les sites sélectionnés, sur la base des propositions des États membres, par la Commission européenne pour intégrer le réseau Natura 2000.

Actuellement en France, nous en sommes à cette étape. La liste de ces sites a été arrêtée par la Commission Européenne de façon globale pour chaque région biogéographique. Ces sites seront ensuite désignés en Zones Spéciales de Conservation (ZSC) par arrêtés ministériels.

Quels sont les sites en Dracénie et dans les environs concernés par le réseau Natura 2000 ?

Pour faire simple et comme précisé ci-avant, deux catégories de sites nous intéressent plus particulièrement concernant le réseau Natura 2000 :

1. Les ZPS pour la protection des Oiseaux et leur habitat

2. Les SIC (futurs ZSC) pour la protection des milieux naturels, la faune et la flore.

C’est par exemple le cas du SIC n°FR9301620 "Plaine de Vergelin Fontigon - Gorges de Châteaudouble - Bois des Clappes" qui s’étend sur 1 012 ha et concerne, croyez le ou non, l’ensemble des sites des gorges de Chateaudouble, depuis le Baou des Prannes jusqu’à Rebouillon.

JPEG - 881.7 ko
Le SIC des Gorges de Rebouillon (fond de plan : DIREN PACA)

Les gorges, proposés en site Natura 2000 depuis 1997, participent à un écosystème complexe remarquable avec d’autres milieux tels que tourbières basses, pelouses, chênaies pubescentes... Les milieux rupestres et karstiques constituent un habitat pour diverses espèces de chiroptères [2] d’intérêt communautaire. Le site est notamment une des rares stations varoises où l’on trouve le Rhinolophe euryale.

Second exemple concret : Le SIC du Val d’Argens qui englobe intégralement le secteur de Correns-Chateauvert. Ce site s’étend sur plus de 12 000 ha et suit cette rivière qui draine un système karstique et présente un régime permanent, lent, avec des eaux froides.

Le site comprend notamment de belles formations de tufs, habitat d’intérêt communautaire prioritaire (secteur du Vallon Sourn).

Le Val d’Argens présente un fort intérêt pour la préservation des chauves-souris. Diverses espèces sont présentes, dont certaines en effectifs importants. Le site accueille ainsi la colonie de reproduction la plus importante de France pour le Vespertilion de Capaccini, ainsi que des colonies d’importance régionale pour le Minioptère de Schreibers et le Vespertilion à oreilles échancrées.

JPEG - 872.1 ko
Le SIC Val d’Argens (fond de plan : DIREN PACA)

Enfin, troisième exemple : La ZPS Colle du Rouet qui s’étend sur plus de 11 500 ha et concerne Le Blavet et ses 8 secteurs.

L’un des arguments initiaux majeurs pour l’intégration du site au réseau Natura 2000 fut la présence de l’Aigle de Bonelli, nicheur jusque dans les années 1990. Depuis, cette espèce ne niche plus sur le site mais des oiseaux sont régulièrement observés.

Cette présence régulière permet de conserver quelques espoirs quant à une future reproduction sur le site. Dans tous les cas, la richesse des milieux rupestres permet l’accueil de plusieurs oiseaux d’intérêt patrimonial. Le Grand-duc d’Europe est désormais connu comme nicheur. De même, l’Aigle royal et le Faucon pèlerin sont surveillés car leur reproduction est tout à fait possible à court terme. La population de Monticole bleu, en continuité avec celle de l’Estérel, est tout à fait remarquable. Au total, huit espèces dépendantes des milieux rupestres sont présentes sur le site.

JPEG - 999.7 ko
La ZPS Colle du Rouet (Fond de plan : DIREN PACA)

A noter par ailleurs que les secteurs Capelle aval, Capelle Amont et Colle Rousse sont également concernés par le SIC "Forêt du Palayson - Bois du Rouet".

Allez, vous voulez une bonne nouvelle : La Barre du Roussiveau, le Pic du Perthus, le rocher de Théole et le Cap Dramont ne sont concernés par aucun site Natura 2000. Par contre, ils sont tous inclus dans le site classé de l’Estérel... Hum... J’ai rien dit.

Non, la vraie bonne nouvelle c’est que ces sites Natura 2000 ont pour objectif de préserver l’environnement naturel en discutant avec les différents intervenants que sont les chasseurs (surtout), les grimpeurs, les randonneurs, etc. Cela évite donc de voir les sites s’urbaniser comme dans les Alpes Maritimes ou voir le quartier de la Bouverie s’avancer jusque dans les gorges du Blavet !! Un mal pour un bien donc.

P.-S.

A suivre : La concertation et Natura 2000

Notes

[1] Source : Sites Internet DIREN PACA, DIREN LR et NATURA 2000

[2] Chauve souris


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Contacts | SPIP | squelette
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Firefox 2 ced83 sur Twitter